L'origine des tabacs "Bel-W3", "Bel-B" et "Bel-C", qui sont utilisées dans le monde entier pour la biosurveillance de l'ozone.

 Beaucoup d'utilisateurs des tabacs "Bel-W3" et "Bel-B" se demandent d'où viennent ces variétés, et comment elles ont été obtenues. H.E. Heggestad a publié en 1991 l'histoire de ces tabacs.

C'est au début des années 50 que sont apparus les premiers dégâts foliaires ("weather flecks") sur tabac, principalement dans la vallée du Connecticut. Les variétés les plus touchées étaient celles que l'on cultivait sous des ombrières afin de produire les "capes" des cigares. A cette époque, la dégradation de la qualité visuelle de ces feuilles était la principale cause de pertes financières pour les producteurs, et certaines variétés, comme AST-C (l'ancêtre de Bel-C) durent être abandonnées au profit d'autres, moins sensibles à cette nouvelle "maladie".

L'ozone fut assez rapidement identifié comme le responsable de ces nécroses, notamment par rapprochement avec les symptômes foliaires provoqués par ce polluant sur les vignes californiennes.

Vers 1955, le centre de recherches agronomiques de Beltsville (Maryland) développa un programme de recherche consacré aux aspects génétiques de la sensibilité du tabac à l'ozone, car on découvrit rapidement qu'il s'agissait d'un caractère héritable.

A cette époque, la sélection de nouvelles variétés consistait à élever des plantes en atmosphère polluée et à ne conserver pour la génération suivante que les graines produites par les individus apparaissant comme les plus résistants.

En 1959, lors d'un essai, les chercheurs remarquèrent que deux plants de la variété "W3" de la Consolidated Cigar Company présentaient des nécroses foliaires deux à trois fois plus larges que les autres. Leurs descendants se révélèrent  extrêmement sensibles à l'ozone, et c'est à partir d'eux que fut créée la variété "Bel-W3". La désignation "Bel" indique simplement que la variété a été  produite par l'unité de génétique des plantes du centre de recherches de Beltsville.

De la même façon, c'est à partir d'individus du cultivar "W48" de la Consolidated Cigar Company apparaissant particulièrement tolérants à l'ozone que fut créée la variété Bel-B, et à partir d'individus du cultivar "C" de l'American Sumatra Tobacco Company que fut créée la variété Bel-C.

Ces trois variétés furent alors utilisées par les sélectionneurs pour comparer l'ensemble des variétés de tabac : Bel-W3 étant la référence "super-sensible", Bel-C la référence "sensible", et Bel-B la référence "tolérante" à l'ozone. Dès 1962, ce système était utilisé pour la biosurveillance de l'ozone aux Etats-Unis.  

 

Référence :


Heggestad, H.E., 1991. Origin of Bel-W3, Bel-C and Bel-B tobacco varieties and their use as indicators of ozone. Environmental Pollution, 74:264-291