Cette étude a été réalisée dans le cadre du programme coopératif international ICP-Vegetation

Mise en place de l'expérience :

Deux lots de trèfle blanc "NC-S" (sensible à l'ozone) et un lot de type "NC-R" provenant du CEH de Bangor (Grande Bretagne) ont été repiqués et élevés en serre au printemps 2005.  Au début du mois de juin, ces trèfles ont été transplantés dans des pots de quinze litres. A la fin juin,  le lot "NC-R" et un des lots "NC-S" ont été placés sur une parcelle expérimentale et exposés à l'air extérieur.

Le second lot de trèfles (NC-S bis) a été placé dans les mêmes conditions 14 jours après les deux premiers.

Observations

Dégâts foliaires :

Toutes les semaines, les dégâts foliaires (nécroses...) provoqués par l'ozone sur la surface des feuilles font l'objet d'une notation visuelle. Celle-ci est réalisée toutes les semaines à jour fixe, à l'échelle de la plante, selon ce barème :


       0 : pas de dégâts foliaires visibles
       1 : dégâts très légers 1% des feuilles
       2 : dégâts légers 1 à 5% des feuilles
       3 : dégâts modérés 5 à 25% des feuilles
       4 : dégâts importants 25 à 50% des feuilles
       5 : dégâts très importants 50 à 90% des feuilles
       6 : dégâts quasi-totaux 90 à 100% des feuilles


Un bilan de santé de chaque pied de trèfle (identification de maladies ou virus) a également été réalisé.

Production de biomasse :

Tous les 28 jours après la date de la sortie de la serre, on réalise une coupe afin que de nouvelles feuilles se développent et soient exposées à l'ozone. On a déterminé la matière sèche produite par chaque plante entre deux coupes.

Résultats :

Rapport des biomasses des deux cultivars (NCS et NCR) aux trois dates de coupe à Grignon en 2005

 

Pour l'ensemble du réseau européen :

Rapport des biomasses des deux cultivars (une seule coupe au bout de trois mois) en fonction de l'AOT40 (un indicateur d'exposition à l'ozone) calculé sur les trois mois d'exposition (ICP vegetation - données 2005)